Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 avril 2020 6 04 /04 /avril /2020 23:34
Le Poulpe de Méditerranée

Le poulpe, plus communément appelé pieuvre, a fait couler beaucoup d'encre en particulier sous la plume romanesque de Victor Hugo. Animal mythique, les marins et les scaphandriers lui attribuaient des capacités extraordinaires et des dimensions gigantesques. En réalité, le poulpe, quelle que soit sa taille, est totalement inoffensif et les plongeurs peuvent s’en approcher sans risque. C'est d'ailleurs, un des animaux les plus sympathiques du monde sous marin. Il est grand temps de dissiper le malentendu qui règne entre cette pieuvre des légendes et l'homme ...

Le Petit Parisien - Supplément littéraire illustré N° 827 — 16ème Année - 11 décembre 1904

Il n'y a aucune différence entre un poulpe et une pieuvre dont le nom scientifique est Octopus vulgaris ! Contrairement à une croyance populaire, il s'agit du même animal. Le mot « poulpe » vient du grec polypous, qui signifie « plusieurs pieds ».

Le poulpe a mauvaise presse dans l'imagerie populaire. En réalité, c'est un animal totalement inoffensif et les plongeurs peuvent s’en approcher sans risque.

Le poulpe a mauvaise presse dans l'imagerie populaire. En réalité, c'est un animal totalement inoffensif et les plongeurs peuvent s’en approcher sans risque.

C'est Victor Hugo, en 1866, qui introduisit en France le mot "Pieuvre", originaire des Îles Anglo-Normande où il était en exil, pour désigner le poulpe. Il en fit un monstre agressif qui ne correspond pas vraiment au brave poulpe commun de nos côtes, bien plus petit que certaines variétés nordiques.

La pieuvre géante du Pacifique est la plus grosse espèce de pieuvre au monde, et celle qui vit le plus longtemps. Sa taille et son poids moyens sont respectivement de 5 m et de 20 à 50 kg, mais le plus grand spécimen observé mesurait 9,1 mètres et pesait 272 kg.

Pieuvre géante du Pacifique

 Rencontre familière pour le plongeur, le poulpe de Méditerranée est un animal remarquable.

Rencontre familière pour le plongeur, le poulpe de Méditerranée est un animal remarquable.

Le poulpe de méditerranée ou poulpe commun (Octopus vulgaris) fait partie de la famille des octopodidés (Mollusque à huit bras) et de la classe des céphalopodes ( mot qui signifie "tête" et "pieds"). Son corps musculeux et rugueux, que l’on nomme manteau, se prolonge en tentacules munies de ventouses (8 bras formant une étoile ornés de 2 rangées de ventouses). Ses ventouses lui permettent d’adhérer à n’importe quel support.

On connaît près de 800 espèces de céphalopodes présentes dans tous les océans du monde, de la surfaces aux grands fonds. et de nouvelles espèces continuent d'être découvertes chaque année.

Les céphalopodes

Détail d'un tentacule de poulpe avec sa double rangée de ventouses très puissantes. Au milieu de chaque ventouse, il y a une ampoule creuse. Lorsque celle ci se vide d'eau, elle provoque une aspiration qui plaque la ventouse au support. Poulpe géant du Pacifique Aquarium Nausicaa Boulogne sur Mer.

Détail d'un tentacule de poulpe avec sa double rangée de ventouses très puissantes. Au milieu de chaque ventouse, il y a une ampoule creuse. Lorsque celle ci se vide d'eau, elle provoque une aspiration qui plaque la ventouse au support. Poulpe géant du Pacifique Aquarium Nausicaa Boulogne sur Mer.

Le corps du poulpe est surplombé d’une grosse tête portant de chaque côté, des yeux caractérisés par une pupille horizontale. Les yeux sont d'une perfection voisine de celle des vertébrés (chèvre). Ils en ont la même composition : cornée, iris, cristallin, rétine et deux paupières. Le poulpe de Méditerranée s’accommode aisément des changements de luminosité, mais ne discerne pas les couleurs. En revanche, il voit très bien de près comme de loin. 

La pupille du poulpe de Méditerranée a une forme rectangulaire étrange. Son oeil est très perfectionné pour un invertébré, mais ne discerne pas les couleurs.

La pupille du poulpe de Méditerranée a une forme rectangulaire étrange. Son oeil est très perfectionné pour un invertébré, mais ne discerne pas les couleurs.

Si la vue est sollicitée par quelque chose, le poulpe est très curieux, les yeux s'érigent. Ils sont mobiles et regardent dans toutes les directions.

Corinne face au poulpe : qui observe qui ?

Corinne face au poulpe : qui observe qui ?

Le manteau qui peut mesurer jusqu’à 25 cm, contient les organes respiratoires, génitaux et les viscères. La cavité interne du poulpe contient notamment des branchies plumeuses qui permettent les échanges respiratoires entre l’animal et son milieu de vie. L’eau entre dans la cavité de l’animal par la fente palléale qui se trouve sur la face ventrale du poulpe et est expulsée par les siphons : sorte d’entonnoir musculeux, un caractère propre des céphalopodes. Les siphons, en contraction régulière, permettant d’expulser l’eau de la cavité interne de l’animal vers l’extérieur.

L'entonnoir inséré dans le manteau permet le renouvellement de l’eau contenue dans la cavité palléale. II sert à la respiration lors des faibles contractions; lors de fortes contractions, il sert à la propulsion par réaction et à l’expulsion des produits de déchets.

L'entonnoir inséré dans le manteau permet le renouvellement de l’eau contenue dans la cavité palléale. II sert à la respiration lors des faibles contractions; lors de fortes contractions, il sert à la propulsion par réaction et à l’expulsion des produits de déchets.

Le poulpe de Méditerranée possède deux cœurs branchiaux et un cœur systémique. Les deux premiers propulsent le sang vers les branchies pour qu'il se charge en oxygène, alors que le cœur systémique distribue le sang oxygéné au reste du corps. Son sang est bleu et non rouge comme chez les vertébrés à cause de l'absence d'hémoglobine qui est remplacée par l'hémocyanine. Il a aussi un gros foie, un pancréas, un intestin complexe, des reins très développés.

 

Le poulpe de Méditerranée est doté de trois cœurs. Le cœur principal est secondé par deux cœurs branchiaux qui pompent le sang oxygéné par les branchies.

Le poulpe de Méditerranée est doté de trois cœurs. Le cœur principal est secondé par deux cœurs branchiaux qui pompent le sang oxygéné par les branchies.

Les bras en étoile du poulpe sont réunis à leur base par une membrane inter-brachiale qui forme une couronne musclée (le bulbe buccal) munie de ce que l’on appelle le « bec de perroquet », mandibules puissantes permettant au poulpe de déchiqueter ses proies. Les bras ou tentacules peuvent porter jusqu'à 240 ventouses et mesurer jusqu’à 1 mètre de long. Ils ont le pouvoir de se régénérer. Sectionnés, ils cicatrisent et repoussent. Il faut environ 4 mois (selon la température) pour qu'un poulpe régénère ses tentacules. La force des ventouses a été mesurée en laboratoire. Une pieuvre commune de 1,3 à 2,5 kg peut tracter une proie de 18 kg !

Le poulpe subit de fréquentes amputations totales ou partielles sur les tentacules de la part de ses prédateurs, congres et murènes. Mais il est capable de régénérer ou reconstituer le tentacule amputé.

Le poulpe subit de fréquentes amputations totales ou partielles sur les tentacules de la part de ses prédateurs, congres et murènes. Mais il est capable de régénérer ou reconstituer le tentacule amputé.

La peau du poulpe de Méditerranée est la plupart du temps rugueuse mais elle peut aussi se muer en une texture beaucoup plus lisse. De couleur généralement brune, parfois rougeâtre, il peut par exemple changer de couleur pour s'adapter presque instantanément à celle de son environnement. La couleur du poulpe peut également traduire son état émotionnel: blanc lorsqu'il a peur ou rouge s'il est coléreux par exemple. Lorsqu'il se déplace, son corps peut faire apparaître des vagues successives et colorées qui ondulent sur sa peau.

Le poulpe a la capacité de changer de couleur pour se fondre dans son environnement. Ce mécanisme est du à la contraction de cellules pigmentées du derme, très spécialisées : les chromatophores.
Le poulpe a la capacité de changer de couleur pour se fondre dans son environnement. Ce mécanisme est du à la contraction de cellules pigmentées du derme, très spécialisées : les chromatophores.

Le poulpe a la capacité de changer de couleur pour se fondre dans son environnement. Ce mécanisme est du à la contraction de cellules pigmentées du derme, très spécialisées : les chromatophores.

Ce sont de petits muscles sous la peau qui permet au au poulpe de se couvrir de nombreuses aspèrités.
Ce sont de petits muscles sous la peau qui permet au au poulpe de se couvrir de nombreuses aspèrités.

Ce sont de petits muscles sous la peau qui permet au au poulpe de se couvrir de nombreuses aspèrités.

Le poulpe de Méditerranée possède également une poche lui permettant en cas d’attaque d’éjecter une encre qui trouble et l’eau et donc la vision des prédateurs. Le nuage noir ainsi dégagé, qui semble dessiner la forme de l'animal, peut persister 10 minutes. 

Alors que la larve ne mesure que 8mm, le corps du poulpe de Méditerranée peut atteindre 25cm au bout d'un an. A l'âge adulte, il pèsera jusqu'à 3 kg.

Alors que la larve ne mesure que 8mm, le corps du poulpe de Méditerranée peut atteindre 25cm au bout d'un an. A l'âge adulte, il pèsera jusqu'à 3 kg.

Le poulpe de Méditerranée adulte a un poids moyen autour de 3 kilos, et bien que rares, des individus de 10 kilos ont été signalés. La taille d'environ 60 cm peut atteindre parfois 1,20 mètre chez les femelles et 1,30 mètre chez les mâles.

Le record officiel pour la Méditerranée est un poulpe commun (Octopus vulgaris) mesurant 3 m de long, pour un poids de 25 Kg.

Jean-Baptiste Vérany (1800 -1865)

Le poulpe de Méditerranée, comme tous les invertébrés, n'a pas de squelette. La mollesse de son corps le rend sans doute vulnérable, mais c'est aussi un moyen de défense. Quasiment liquide, il est capable de s'introduire dans des fissures incroyablement étroites pour sa taille et de se dissimuler dans la moindre anfractuosité de rocher. Il peut s'y accrocher avec une force équivalente à treize fois son poids grâce à ses ventouses. Celles-ci servent à la préhension, mais ce sont également des organes tactiles qui permettent de tester l'environnement et de goûter la nourriture. Elles contiennent des capteurs chimiques au moins dix fois plus sensibles que la langue humaine !

Il y a environ 500 millions d’années, la pieuvre était un mollusque à coquille. On pense que c’est pour mieux fuir les prédateurs qu’elle a peu à peu abandonné sa lourde coquille.

Un poulpe s'échappe à travers un petit trou

Le poulpe est considéré comme l’invertébré le plus développé, et de nombreuses études ont été menées afin de prouver son intelligence. Il serait capable de mémorisation et d'apprentissage. Par exemple, des poulpes ont appris à retirer le couvercle d'un bocal pour accéder à la nourriture contenue dans ce dernier.

Selon certains scientifiques, le poulpe qui nous précède de plusieurs millions d’années, avait toutes les qualités pour s’imposer comme l’espèce dominante. Malheureusement pour lui, l’évolution est venue contrarier son destin. Sa durée de vie étant extrêmement courte lui rend impossible la transmission de sa connaissance aux générations suivantes, chacune étant condamnée à tout réapprendre, encore et encore. C’est sans doute ce qui fait que cet animal n’a que peu évolué durant ces derniers millions d’années, contrairement à nous.

Le poulpe de Méditerranée est doté de capacités cognitives comparables à celles des vertébrés. Camouflage, vision, innovation, tromperie, apprentissage, mémoire, sont des facettes de son intelligence.


Le poulpe de Méditerranée est doté de capacités cognitives comparables à celles des vertébrés. Camouflage, vision, innovation, tromperie, apprentissage, mémoire, sont des facettes de son intelligence.


Le poulpe est une espèce commune de Méditerranée que l’on retrouve essentiellement à des profondeurs comprises entre 1 et 25 mètres et jusqu’à 100 mètres de profondeur en hiver. En effet, le poulpe est un animal sensible aux variations de températures, il ne supportera pas des températures inférieures à 10 degrés ou supérieures à 30 degrés.

Très casanier, le poulpe ne sort de son abri que pour en trouver un plus sûr, ou pour chercher de la nourriture .
Très casanier, le poulpe ne sort de son abri que pour en trouver un plus sûr, ou pour chercher de la nourriture .

Très casanier, le poulpe ne sort de son abri que pour en trouver un plus sûr, ou pour chercher de la nourriture .

Le poulpe de Méditerranée vit essentiellement dans les roches ou dans les récifs coralligènes, mais on le trouve également dans les herbiers de posidonies ou dans les fonds sableux, dans lesquels il se cache en se recouvrant de cailloux. Il se réfugie également dans des amphores ou de façon moins poétique, dans des boites de conserve ou des bidons vides.

En général le poulpe s'abrite dans un trou sous un rocher, amassant coquillage et autres débris devant l'entrée pour s'en faire un rempart.
En général le poulpe s'abrite dans un trou sous un rocher, amassant coquillage et autres débris devant l'entrée pour s'en faire un rempart.
En général le poulpe s'abrite dans un trou sous un rocher, amassant coquillage et autres débris devant l'entrée pour s'en faire un rempart.

En général le poulpe s'abrite dans un trou sous un rocher, amassant coquillage et autres débris devant l'entrée pour s'en faire un rempart.

Sur le sable, le poulpe n'est pas dans son élément. Il se fait aussi discret que possible, en prenant une teinte claire.
Sur le sable, le poulpe n'est pas dans son élément. Il se fait aussi discret que possible, en prenant une teinte claire.
Sur le sable, le poulpe n'est pas dans son élément. Il se fait aussi discret que possible, en prenant une teinte claire.
Sur le sable, le poulpe n'est pas dans son élément. Il se fait aussi discret que possible, en prenant une teinte claire.
Sur le sable, le poulpe n'est pas dans son élément. Il se fait aussi discret que possible, en prenant une teinte claire.

Sur le sable, le poulpe n'est pas dans son élément. Il se fait aussi discret que possible, en prenant une teinte claire.

Le poulpe de Méditerranée  est un animal solitaire qui ne tolère la proximité d’un congénère qu’au moment de la reproduction. Chaque poulpe à son propre gîte et ne sort de son abri que pour chasser. La distance sociale entre deux individus est d'une trentaine de mètres. Ce comportement a été mis à profit par les pêcheurs, qui depuis l'antiquité ont proposé au poulpe des gîtes individuels, les gargoulettes (amphores et poteries encordées) pour le pêcher.

Le poulpe de Méditerranée est un animal plutôt nocturne, ce qui n'empêche pas de l'observer en journée. 

Roi du tout terrain, le poulpe se déplace en rampant souplement sur ses bras, sur tous les fonds, mêmes les plus pentus !

Roi du tout terrain, le poulpe se déplace en rampant souplement sur ses bras, sur tous les fonds, mêmes les plus pentus !

Le poulpe de Méditerranée se déplace en marchant grâce à ses bras sur les fonds marins, mais comme le calmar, il possède un système de propulsion lui permettant de se mouvoir plus rapidement. Par la contraction du manteau, l’eau contenue dans la cavité palléale est chassée par la fente palléale. Le courant ainsi propulsé permet au poulpe de se déplacer dans le sens inverse. Ses bras lui permettent de ralentir, et son entonnoir (siphon) de changer de direction.

En modifiant la position de son siphon, très mobile, le poulpe de Méditerranée peut cracher un jet d'eau dans n'importe quelle direction.

En modifiant la position de son siphon, très mobile, le poulpe de Méditerranée peut cracher un jet d'eau dans n'importe quelle direction.

Le poulpe de Méditerranée est doté d’une intelligence hors du commun lui permettant d’être un redoutable chasseur. Il est carnivore et se nourrit principalement de crustacés, de poissons et de mollusques. Sa capacité à se fondre dans l’environnement et sa très bonne vision lui permettent de se cacher pour fondre sur ses proies grâce à son système de propulsion. Une fois la proie capturée et immobilisée grâce à ses tentacules, il la paralyse avec une neurotoxine injectée à l'aide de son bec puis la ramène dans son nid. Il porte ensuite la proie à sa bouche et s’il s’agit d’un crustacé, il utilise son bec pour percer par râpage un trou dans la coque avant d’en lécher le contenu. Les parties dures des carapaces et des coquilles sont rejetées dans le nid. Il chasse essentiellement au crépuscule entre 16h et 22h en Méditerranée.

Pour chasser, le poulpe de Méditerranée peut se mettre à l’affût et bondir sur une proie de passage.
Pour chasser, le poulpe de Méditerranée peut se mettre à l’affût et bondir sur une proie de passage.
Pour chasser, le poulpe de Méditerranée peut se mettre à l’affût et bondir sur une proie de passage.

Pour chasser, le poulpe de Méditerranée peut se mettre à l’affût et bondir sur une proie de passage.

La période de reproduction des poulpes en Méditerranée, a lieu au printemps près des côtes. Les mâles sont matures dès que leur poids atteint 200 g et les femelles à 500 g.

C'est surtout au printemps que le poulpe femelle accepte les avances des mâles en vue de l'accouplement.
C'est surtout au printemps que le poulpe femelle accepte les avances des mâles en vue de l'accouplement.
C'est surtout au printemps que le poulpe femelle accepte les avances des mâles en vue de l'accouplement.

C'est surtout au printemps que le poulpe femelle accepte les avances des mâles en vue de l'accouplement.

Généralement sédentaire, le poulpe se rapproche de ses congénères en période de reproduction et se sert de ses ventouses pour parader. La femelle les nettoie et le mâle les exhibe et tend ses bras vers la femelle. Ensuite le mâle féconde la femelle grâce à son troisième tentacule qui est le membre reproducteur (l’hectocotyle). En l’introduisant dans la cavité palléale de la femelle, il injecte les spermatophores dans l’oviducte. Les spermatozoïdes vont ensuite être libérés afin de féconder les ovules.

En guise de parade nuptiale, le mâle exhibe ses ventouses.

En guise de parade nuptiale, le mâle exhibe ses ventouses.

Cet accouplement peut durer des heures et se reproduire plusieurs fois avec des partenaires différents ou avec le même. La ponte se déroule entre mars et novembre, jusqu’à 2 mois après l’accouplement suivant la température de l’eau. La femelle peut pondre jusqu’à 500 000 de 2 à 3 millimètres, qu’elle suspendra en grappe dans une cavité rocheuse et qu’elle protégera et ventilera jusqu’à l’éclosion sans jamais quitter le nid. L’incubation dure entre 4 et 6 semaines. Grâce à tous les soins que la femelle apporte à ses oeufs, le taux de mortalité est inférieur à 10%. Mais, elle paie de sa vie tous ses efforts et meurt généralement de dénutrition et d’épuisement dès le début de l’été. Les jeunes commencent leur vie en pleine eau, ce qui entraine un taux de mortalité important. Ils se nourrissent de larves de crevettes, puis au bout de quelques semaines adoptent le comportement des adultes en se posant sur le fond.

C'est avec l'extrémité d'un bras que le mâle dépose dans la poche de la femelle quelques capsules remplies de spermatozoïdes.

C'est avec l'extrémité d'un bras que le mâle dépose dans la poche de la femelle quelques capsules remplies de spermatozoïdes.

L’espérance de vie du poulpe de Méditerranée varie de 12 à 14 mois pour les femelles à 24 mois pour les mâles.

Manger, croître, se reproduire et mourir : telle est la vie du poulpe. Son espérance de vie est très courte et varie de un à deux ans maximum.

Manger, croître, se reproduire et mourir : telle est la vie du poulpe. Son espérance de vie est très courte et varie de un à deux ans maximum.

Le poulpe de Méditerranée peut entretenir une relation amicale avec l'Homme. Comme certaines murènes, il arrive que certains poulpes tiennent compagnie et même jouent avec des plongeurs lorsqu'ils sont mis en confiance, sans quoi ils se montrent plutôt craintifs.

Cette posture est caractéristique d'un poulpe inquiété par le plongeur intrus. Paraître aussi gros et méchant que possible...Telles sont les clés de la dissuasion !

Cette posture est caractéristique d'un poulpe inquiété par le plongeur intrus. Paraître aussi gros et méchant que possible...Telles sont les clés de la dissuasion !

Beaucoup de plongeurs « traumatisent » les poulpes en « jouant » avec eux jusqu'à ce qu'ils projettent leur encre. Les moyens de défense des organismes sous-marins ne sont pas des jeux. Le métabolisme mis en œuvre pour ces protections demande une forte dépense énergétique par l'animal qui est loin de considérer cela comme un jeu. Le poulpe est joueur mais il faut lui laisser l'initiative.

Le poulpe est réputé pour la complaisance avec laquelle il se livre aux fantaisies des plongeurs. Et de fait , certains prennent un réel plaisir dans cette rencontre. Mais attention, apprivoiser ne veut pas dire martyriser !

Le poulpe est réputé pour la complaisance avec laquelle il se livre aux fantaisies des plongeurs. Et de fait , certains prennent un réel plaisir dans cette rencontre. Mais attention, apprivoiser ne veut pas dire martyriser !

Le poulpe de Méditerranée est une espèce comestible et appréciée de l'homme depuis l'antiquité. Il fait depuis longtemps partie du régime alimentaire des populations côtières, car il abonde et se capture facilement. Il est généralement capturé avec un chalut de fond à grande échelle. 1 700 tonnes d'Octopus vulgaris sont débarquées annuellement dans les criées méditerranéennes françaises. La prudence devrait être de mise car les populations sont en réalité très fragiles. Un hiver rigoureux peut affecter la reproduction et donc le renouvellement des populations.

Les différents stocks de poulpe Octopus vulgaris sont soit pleinement exploités, soit surexploités :
1 700 tonnes sont débarquées dans les criées méditerranéennes françaises chaque année

Ethic Ocean

Très abondant pendant des siècles en Méditerranée, le poulpe tend aujourd'hui à se raréfier...

Très abondant pendant des siècles en Méditerranée, le poulpe tend aujourd'hui à se raréfier...

Selon une étude récente menée dans les eaux méditerranéennes par Nardo Vicente, responsable scientifique de l’Institut océanographique Paul Ricard sur l’île des Embiez, le poulpe de Méditerranée se raréfie depuis quelques années. Il s’agit d’un phénomène durable, et non cyclique, ce qui est hautement préoccupant. La période de reproduction du poulpe de Méditerranée a lieu du 1er juin au 30 septembre. Lors de ces mois d’été, les femelles ont besoin de lumière et restent dans des profondeurs faibles ; elles deviennent alors vulnérables, les zones de mise à bas étant facilement identifiables par les pêcheurs de loisir. Aussi, afin de préserver au mieux l’espèce en Méditerranée, en particulier pendant les périodes de reproduction, l’arrêté préfectoral du 6 septembre 2016 réglemente la pêche de loisir : «La pêche maritime de loisir du poulpe (Octopus vulgaris) est interdite du 1er juin au 30 septembre de chaque année»  dans l’ensemble des eaux du littoral du Var. 

Pour en savoir plus : Poulpe, une espèce condamnée ?

Le poulpe se fait de plus en plus rare en Méditerranée. En cause le braconnage à grande échelle et les rejets d’eaux usées en mer.

Le poulpe se fait un sang d’encre pour sa survie

Autres céphalopodes de Méditerranée

L'album de famille

L'élédone musquée (Eledone moschata) est un petit poulpe dont la taille habituelle varie de 9 à 14 centimètres. Ses tentacules sont frangés d'un liséré bleu irisé et ne portent qu'une seule rangée de ventouses.
L'élédone musquée (Eledone moschata) est un petit poulpe dont la taille habituelle varie de 9 à 14 centimètres. Ses tentacules sont frangés d'un liséré bleu irisé et ne portent qu'une seule rangée de ventouses.
L'élédone musquée (Eledone moschata) est un petit poulpe dont la taille habituelle varie de 9 à 14 centimètres. Ses tentacules sont frangés d'un liséré bleu irisé et ne portent qu'une seule rangée de ventouses.
L'élédone musquée (Eledone moschata) est un petit poulpe dont la taille habituelle varie de 9 à 14 centimètres. Ses tentacules sont frangés d'un liséré bleu irisé et ne portent qu'une seule rangée de ventouses.

L'élédone musquée (Eledone moschata) est un petit poulpe dont la taille habituelle varie de 9 à 14 centimètres. Ses tentacules sont frangés d'un liséré bleu irisé et ne portent qu'une seule rangée de ventouses.

La seiche (Sepia officinalis) se distingue par ses 10 bras, dont 2 plus longs pour chasser, par son corps ovale bordé d’une nageoire, et par son os plat qui l’aide à flotter.

La seiche (Sepia officinalis) se distingue par ses 10 bras, dont 2 plus longs pour chasser, par son corps ovale bordé d’une nageoire, et par son os plat qui l’aide à flotter.

Le calmar (Loligo spp.) est reconnaissable à son corps allongé et à ses 8 tentacules.

Le calmar (Loligo spp.) est reconnaissable à son corps allongé et à ses 8 tentacules.

Sources

Données d'Observations pour la Reconnaissance et l'Identification de la faune et la flore Subaquatiques

POULPE COMMUN

Octopus vulgaris

Le Poulpe de Méditerranée

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Dehondt Christophe et de Desmets Corinne
  • : Essentiellement des articles et photos sur la famille et sur nos passions communes que sont la nature, les animaux, la plongée et les voyages !!
  • Contact

  • DEHONDT Christophe

Copyright : www.dehondt-desmets.fr ©
Sauf mention contraire, toutes les photos sont notre propriété, et nous vous demandons de ne pas les re-publier sous quelque forme que ce soit. Merci de nous contacter pour obtenir une autorisation écrite si vous voulez utiliser nos photos. (Art. L335-2 du Code de la Propriété intellectuelle)

 

Recherche

Articles Récents

  • Cerf de Bactriane, qui es-tu ?
    Le cerf de Bactriane ou cerf de Boukhara (Cervus elaphus bactrianus) est une sous-espèce proche mais plus primitive du cerf élaphe que l'on trouve dans nos contrées et l'une des plus menacées de disparition. Il a été décrit par le mammalogiste britannique,...
  • Cerf huppé, qui es-tu ?
    Le cerf huppé ou élaphode de Chine (Elaphodus cephalophus) est considéré comme l'un des cervidés les plus petits et les plus primitifs vivant au monde. Il est seul représentant du genre Elaphodus qui fut décrit, en 1872, par le zoologiste français Henri...
  • Le Mouflon méditerranéen
    Le Mouflon méditerranéen (ovis gmelini musimomx ovis sp.) appelé également, mouflon européen ou mouflon des Alpes est une forme dérivée et abâtardie du mouflon de Corse (Ovis ammon musimon) considéré comme un descendant du mouflon d’Asie mineure (Ovis...
  • Les statistiques du blog dehondt-desmets.fr
    2020 À la faveur du confinement, le nombre de visite sur notre blog a augmenté de façon très significative. En effet, au mois d'avril 2020, nous avons totalisé 28782 visiteurs uniques* ! Voici donc une nouvelle barre à franchir et nous comptons sur vous...
  • Le Diable de Tasmanie
    Le Diable de Tasmanie est le plus grand marsupial carnivore d'Australie depuis la disparition du tigre de Tasmanie. Bien loin du personnage de Taz dans les Looney Tunes, cet animal endémique au pelage noir et blanc, véritable emblème de l'île, a plutôt...
  • Le Marabout d'Afrique
    Le Marabout d’Afrique ou Cigogne à sac (Leptoptilos crumenifer) est souvent considéré comme l’un des animaux les plus laids de la planète. Énorme, chauve, disgracieux, pourvu d'un bec imposant, sont les quatre qualificatifs qui le caractérisent le mieux....
  • Le Bec-en-sabot du Nil
    Le Bec-en-sabot du Nil (Balaeniceps rex) ou shoebill pour les Anglais, ou Abu-Markub (Père de la babouche) pour les Arabes du Soudan, est une espèce d'oiseau qui semble, de par son esthétique, sortir directement de la préhistoire. Il appartient à l’ordre...
  • Le Poulpe de Méditerranée
    Le poulpe, plus communément appelé pieuvre, a fait couler beaucoup d'encre en particulier sous la plume romanesque de Victor Hugo. Animal mythique, les marins et les scaphandriers lui attribuaient des capacités extraordinaires et des dimensions gigantesques....
  • Cerf Sambar, qui es-tu ?
    Le cerf Sambar (Rusa unicolor) est le troisième plus grand cervidé au monde, derrière l’élan et le wapiti. Il est parfois aussi appelé élan de Ceylan en raison de sa masse et de sa robe sombre ou encore Cerf d'Aristote. Sa répartition géographique couvre...
  • Cerf de Thorold, qui es-tu ?
    Le cerf de Thorold (Przewalskium albirostris) est une espèce endémique du plateau tibétain situé en Chine. Bien que l'espèce a été découverte et nommée par Przhevalsky en 1883, WG Thorold a décrit plus tard le même cerf, ne sachant pas qu'il était déjà...