Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 janvier 2016 6 30 /01 /janvier /2016 17:24
Les oiseaux de notre jardin : Le geai des chênes

Le geai des chênes (Garrulus glandarius) est un passereau de la famille des corvidés comme les corbeaux et les pies avec qui il partage leurs habitudes de prédateurs et d'intelligence. En hiver, c'est un hôte régulier de notre jardin et sa présence ne passe jamais inaperçu car en plus d'être beau, c'est un oiseau intéressant à regarder vivre. Nous vous proposons aujourd'hui de faire sa connaissance en espérant que vous arriverez vous aussi à l'inviter dans votre jardin pour votre plus grand bonheur.

Au fait, vous savez pourquoi cet oiseau est nommé « geai des chênes »? Parce qu'il est friand des glands de ce dernier.

 Le geai des chênes appartient à la famille des Corvidés, c'est donc un proche parent des corbeaux, des pies, des corneilles et des choucas. Les corvidés comptent (avec les perroquets) parmi les oiseaux qui ont produit les meilleurs résultats en termes d'intelligence, certains étant capables d'utiliser des outils, et d'en fabriquer. Ces oiseaux ont des comportements sociaux développés et ont une hiérarchie au sein du groupe. Nombre d'entre eux jouent par ailleurs un rôle important dans les écosystèmes en tant que charognards. Le geai des chênes appartient à la famille des Corvidés, c'est donc un proche parent des corbeaux, des pies, des corneilles et des choucas. Les corvidés comptent (avec les perroquets) parmi les oiseaux qui ont produit les meilleurs résultats en termes d'intelligence, certains étant capables d'utiliser des outils, et d'en fabriquer. Ces oiseaux ont des comportements sociaux développés et ont une hiérarchie au sein du groupe. Nombre d'entre eux jouent par ailleurs un rôle important dans les écosystèmes en tant que charognards.
 Le geai des chênes appartient à la famille des Corvidés, c'est donc un proche parent des corbeaux, des pies, des corneilles et des choucas. Les corvidés comptent (avec les perroquets) parmi les oiseaux qui ont produit les meilleurs résultats en termes d'intelligence, certains étant capables d'utiliser des outils, et d'en fabriquer. Ces oiseaux ont des comportements sociaux développés et ont une hiérarchie au sein du groupe. Nombre d'entre eux jouent par ailleurs un rôle important dans les écosystèmes en tant que charognards. Le geai des chênes appartient à la famille des Corvidés, c'est donc un proche parent des corbeaux, des pies, des corneilles et des choucas. Les corvidés comptent (avec les perroquets) parmi les oiseaux qui ont produit les meilleurs résultats en termes d'intelligence, certains étant capables d'utiliser des outils, et d'en fabriquer. Ces oiseaux ont des comportements sociaux développés et ont une hiérarchie au sein du groupe. Nombre d'entre eux jouent par ailleurs un rôle important dans les écosystèmes en tant que charognards.

Le geai des chênes appartient à la famille des Corvidés, c'est donc un proche parent des corbeaux, des pies, des corneilles et des choucas. Les corvidés comptent (avec les perroquets) parmi les oiseaux qui ont produit les meilleurs résultats en termes d'intelligence, certains étant capables d'utiliser des outils, et d'en fabriquer. Ces oiseaux ont des comportements sociaux développés et ont une hiérarchie au sein du groupe. Nombre d'entre eux jouent par ailleurs un rôle important dans les écosystèmes en tant que charognards.

Le geai des chênes est un grand et bel oiseau, très coloré, facile à reconnaître avec des plumes de différentes couleurs, bien distinctes.

Son corps est brun rosé sur le dessus et brun plus clair sur le dessous, sa queue est noire, son croupion et son bas-ventre blanc. Sa tête, dont les plumes du dessus peuvent s'hérisser en huppe est légèrement striée de noir. Son bec noir robuste et épais est prolongé par une bande sombre sous l'œil donnant l'impression qu'il porte des moustaches noires.

Avec ses iris bleus, sa calotte blanche striée de noir, sa moustache noire et sa gorge blanche, le geai a plutôt belle allure, vous ne trouvez pas?
Avec ses iris bleus, sa calotte blanche striée de noir, sa moustache noire et sa gorge blanche, le geai a plutôt belle allure, vous ne trouvez pas?

Avec ses iris bleus, sa calotte blanche striée de noir, sa moustache noire et sa gorge blanche, le geai a plutôt belle allure, vous ne trouvez pas?

Mais c'est particulièrement grâce aux plumes de la bordure antérieure de ses ailes que le geai des chênes doit sa grande beauté.
Celles-ci sont d’un beau bleu strié de noir, et trouver une de ces petites plumes au cours d’une promenade en bois est toujours un grand plaisir et un ravissement.
Nul n’y est insensible et c’est systématiquement qu’on se baisse pour la ramasser pour la mettre, qui à sa boutonnière, qui à son couvre-chef, ou qu’on la lisse longuement pour trouver l’arrangement parfait des barbes et des barbules comme s’il s’agissait d’un bijou.

ll n’y a pas de dimorphisme sexuel , le mâle et la femelle possèdent un plumage identique.

Description en détail du geai des chênes.

Le geai des chênes doit sa grande beauté aux tons très variés et contrastés de son plumage, mais plus particulièrement aux plumes bleu strié de noir de la bordure antérieure de ses ailes.
Le geai des chênes doit sa grande beauté aux tons très variés et contrastés de son plumage, mais plus particulièrement aux plumes bleu strié de noir de la bordure antérieure de ses ailes.
Le geai des chênes doit sa grande beauté aux tons très variés et contrastés de son plumage, mais plus particulièrement aux plumes bleu strié de noir de la bordure antérieure de ses ailes.
Le geai des chênes doit sa grande beauté aux tons très variés et contrastés de son plumage, mais plus particulièrement aux plumes bleu strié de noir de la bordure antérieure de ses ailes.
Le geai des chênes doit sa grande beauté aux tons très variés et contrastés de son plumage, mais plus particulièrement aux plumes bleu strié de noir de la bordure antérieure de ses ailes.
Le geai des chênes doit sa grande beauté aux tons très variés et contrastés de son plumage, mais plus particulièrement aux plumes bleu strié de noir de la bordure antérieure de ses ailes.

Le geai des chênes doit sa grande beauté aux tons très variés et contrastés de son plumage, mais plus particulièrement aux plumes bleu strié de noir de la bordure antérieure de ses ailes.

Le geai des chênes est de la taille d’une tourterelle. Il mesure généralement entre 32 et 36 cm pour un poids oscillant entre 140 et 190g . Son envergure est de 45 à 55 cm. La femelle est légèrement plus petite, mais morphologiquement identique au mâle.

Il n'existe pas de dimorphisme sexuel chez le geai des chênes, même si les femelles sont généralement un peu plus petites que les mâles.
Il n'existe pas de dimorphisme sexuel chez le geai des chênes, même si les femelles sont généralement un peu plus petites que les mâles.

Il n'existe pas de dimorphisme sexuel chez le geai des chênes, même si les femelles sont généralement un peu plus petites que les mâles.

Le geai des chênes est un oiseau forestier avec une prédilection pour les forêts de feuillus, mêlées ou non avec des conifères, mais l'hiver il n'hésite pas à s'inviter dans notre jardin pour profiter de la mangeoire ou sautiller dans l'herbe pour se nourrir au sol. Sa présence est toujours appréciée et égaye notre journée.

Le geai des chênes est un oiseau forestier.
Le geai des chênes est un oiseau forestier.
Le geai des chênes est un oiseau forestier.
Le geai des chênes est un oiseau forestier.
Le geai des chênes est un oiseau forestier.
Le geai des chênes est un oiseau forestier.
Le geai des chênes est un oiseau forestier.
Le geai des chênes est un oiseau forestier.

Le geai des chênes est un oiseau forestier.

De la taille d'une tourterelle, le geai des chênes se distingue tout particulièrement par ses ailes bleues.
De la taille d'une tourterelle, le geai des chênes se distingue tout particulièrement par ses ailes bleues.
De la taille d'une tourterelle, le geai des chênes se distingue tout particulièrement par ses ailes bleues.
De la taille d'une tourterelle, le geai des chênes se distingue tout particulièrement par ses ailes bleues.
De la taille d'une tourterelle, le geai des chênes se distingue tout particulièrement par ses ailes bleues.
De la taille d'une tourterelle, le geai des chênes se distingue tout particulièrement par ses ailes bleues.
De la taille d'une tourterelle, le geai des chênes se distingue tout particulièrement par ses ailes bleues.
De la taille d'une tourterelle, le geai des chênes se distingue tout particulièrement par ses ailes bleues.
De la taille d'une tourterelle, le geai des chênes se distingue tout particulièrement par ses ailes bleues.
De la taille d'une tourterelle, le geai des chênes se distingue tout particulièrement par ses ailes bleues.
De la taille d'une tourterelle, le geai des chênes se distingue tout particulièrement par ses ailes bleues.

De la taille d'une tourterelle, le geai des chênes se distingue tout particulièrement par ses ailes bleues.

C'est surtout très tôt le matin qu'on a le plus de chance de l'apercevoir. C'est un oiseau farouche difficile à approcher et plus encore à photographier. Il donne l'alarme de son cri rauque dès qu'il nous aperçoit à travers la baie vitrée et prévient ainsi les autres oiseaux.

Le geai des chênes est un oiseau vif et très remuant. On l'entend davantage qu'on ne le voit !
Le geai des chênes est un oiseau vif et très remuant. On l'entend davantage qu'on ne le voit !
Le geai des chênes est un oiseau vif et très remuant. On l'entend davantage qu'on ne le voit !
Le geai des chênes est un oiseau vif et très remuant. On l'entend davantage qu'on ne le voit !

Le geai des chênes est un oiseau vif et très remuant. On l'entend davantage qu'on ne le voit !

Même s'il se montre très friand de glands, le geai des chênes est un omnivore, comme beaucoup d'autres corvidés. Son alimentation varie selon la saison.

Lorsqu'il se met en quête de nourriture, il explore et fouille partout. Très attentif à ce qui l'entoure, il descend volontiers au sol et circule avec aisance au milieu des branches et des feuillages pour récolter des fruits et capturer des invertébrés, insectes pour la plupart.

Lorsqu'il se met en quête de nourriture , le geai des chênes  explore et fouille partout.
Lorsqu'il se met en quête de nourriture , le geai des chênes  explore et fouille partout.
Lorsqu'il se met en quête de nourriture , le geai des chênes  explore et fouille partout.
Lorsqu'il se met en quête de nourriture , le geai des chênes  explore et fouille partout.
Lorsqu'il se met en quête de nourriture , le geai des chênes  explore et fouille partout.

Lorsqu'il se met en quête de nourriture , le geai des chênes explore et fouille partout.

Au printemps jusqu'au début de l'été, le geai consomme aussi quelques petits vertébrés (lézards, campagnols, mulots, musaraignes). Comme tous les corvidés, et de nombreux autres espèces forestières, il n'hésite pas à s'attaquer aux nids des petits passereaux pour manger leurs œufs voire les oisillons (plus rarement). Il peut voler un œuf en quelques secondes. C'est l'origine de sa réputation de pilleurs de nids.

Toutefois ces petits animaux, dont le geai se nourrit tout au long de l'année, sont beaucoup plus rares en hiver. En cette saison ainsi qu'à l'automne, les aliments végétaux constituent la base de sa nourriture.
C'est un oiseau qui apprécie beaucoup les céréales : blé, orge, avoine, maïs, etc dont il décortique et dilacère les grains avant de les avaler. Il picore aussi volontiers les fruits : baies, prunes, cerises, pommes, mûres, baies de sureau et d'aubépine. .., mais surtout châtaignes, faines et glands. Il les maintient fermement sous sa patte, tandis que, avec son bec, il les nettoie, les tapote, les triture et les malaxe avec dextérité entre les pointes de ses mandibules.

Le Geai des chênes apprécie les fruits comme les pommes
Le Geai des chênes apprécie les fruits comme les pommes
Le Geai des chênes apprécie les fruits comme les pommes
Le Geai des chênes apprécie les fruits comme les pommes
Le Geai des chênes apprécie les fruits comme les pommes
Le Geai des chênes apprécie les fruits comme les pommes

Le Geai des chênes apprécie les fruits comme les pommes

Il affectionne particulièrement les glands des chênes qu'il cache pour l'hiver, et en particulier du chêne pédonculé. Il se régale de préférence de glands qu'il sélectionne rigoureusement en fonction de leur maturité, de leur taille et de leur qualité, en particulier, il veille à ce qu'ils soient exempts de parasites.

Le geai des chênes  mérite bien son nom. Prés de la moitié de son alimentation est constitué de glands.
Le geai des chênes  mérite bien son nom. Prés de la moitié de son alimentation est constitué de glands.
Le geai des chênes  mérite bien son nom. Prés de la moitié de son alimentation est constitué de glands.
Le geai des chênes  mérite bien son nom. Prés de la moitié de son alimentation est constitué de glands.
Le geai des chênes  mérite bien son nom. Prés de la moitié de son alimentation est constitué de glands.
Le geai des chênes  mérite bien son nom. Prés de la moitié de son alimentation est constitué de glands.

Le geai des chênes mérite bien son nom. Prés de la moitié de son alimentation est constitué de glands.

Comme l'écureuil le  geai des chênes cache de la nourriture au pied des arbres pour l’hiver, et favorise ainsi la régénération des forêts de chênes

Comme l'écureuil le geai des chênes cache de la nourriture au pied des arbres pour l’hiver, et favorise ainsi la régénération des forêts de chênes

Sous son bec, il possède une poche de peau dans laquelle il peut aisément stocker les graines qu'il récolte. La capacité de cette poche est de trois à quatre glands qu'il peut ainsi transporter avant de les cacher, car tout au long de l'automne, il se constitue des réserves, qu'il dissimule sous des racines, des mousses, à l'intérieur de souches d'arbre ou même sous le tapis de feuilles. Pour retrouver ses réserves, il a la capacité de mémoriser des points de repères qu'il observe soigneusement. Lorsque les points de repères ne sont pas suffisants, il va jusqu'à placer à côté de sa cachette des petits cailloux qu'il utilisera comme autant de balises. Cependant si ses points de repères sont déplacés ou disparaissent, le Geai des chênes devient incapable de retrouver la cachette de ses réserves.

Le geai est capable d'emmagasiner plusieurs glands dans son jabot et d'en tenir un dans le bec. Ce dernier est souvent le plus gros
Le geai est capable d'emmagasiner plusieurs glands dans son jabot et d'en tenir un dans le bec. Ce dernier est souvent le plus gros
Le geai est capable d'emmagasiner plusieurs glands dans son jabot et d'en tenir un dans le bec. Ce dernier est souvent le plus gros
Le geai est capable d'emmagasiner plusieurs glands dans son jabot et d'en tenir un dans le bec. Ce dernier est souvent le plus gros
Le geai est capable d'emmagasiner plusieurs glands dans son jabot et d'en tenir un dans le bec. Ce dernier est souvent le plus gros
Le geai est capable d'emmagasiner plusieurs glands dans son jabot et d'en tenir un dans le bec. Ce dernier est souvent le plus gros
Le geai est capable d'emmagasiner plusieurs glands dans son jabot et d'en tenir un dans le bec. Ce dernier est souvent le plus gros

Le geai est capable d'emmagasiner plusieurs glands dans son jabot et d'en tenir un dans le bec. Ce dernier est souvent le plus gros

Ainsi le Geai des chênes est le meilleur propagateur des chênes et des hêtres. Il a été estimé que chaque Geai des chênes disperse plus d'un millier de glands chaque année. Il en mange une partie et en oublie une autre qui pourra germer et croître.

Le geai ouvre le gland en le tenant fermement à l’aide de ses doigts sur le perchoir et ensuite, il tire des morceaux de la coquille avec le bec.
Le geai ouvre le gland en le tenant fermement à l’aide de ses doigts sur le perchoir et ensuite, il tire des morceaux de la coquille avec le bec.
Le geai ouvre le gland en le tenant fermement à l’aide de ses doigts sur le perchoir et ensuite, il tire des morceaux de la coquille avec le bec.
Le geai ouvre le gland en le tenant fermement à l’aide de ses doigts sur le perchoir et ensuite, il tire des morceaux de la coquille avec le bec.

Le geai ouvre le gland en le tenant fermement à l’aide de ses doigts sur le perchoir et ensuite, il tire des morceaux de la coquille avec le bec.

Oiseau typiquement forestier le geai des chênes entretient des relations privilégiées avec le chêne. L'arbre fourni la nourriture à l'oiseau qui, en retour, assure sa régénération sur plusieurs kilomètres. Lorsque l'espèce est protégée, l'impact sur les régénérations naturelles est énorme.

Dans notre jardin, le geai des chênes apprécie les lardons de lard, la couenne de jambon, les croûtes de fromage mais ce dont il raffole le plus ce sont les graines d'arachides et les noix. Tout ceci est disposé en hauteur sur un plateau de nourrissage. Au sol, nous avons éparpillé des glands de chêne que nous avons récolté en automne lors de nos sorties en forêt. C'est toujours un grand plaisir de l'observer se nourrir.

Dans notre jardin,  le Geai des chênes apprécie beaucoup les cacahuètes !
Dans notre jardin,  le Geai des chênes apprécie beaucoup les cacahuètes !
Dans notre jardin,  le Geai des chênes apprécie beaucoup les cacahuètes !
Dans notre jardin,  le Geai des chênes apprécie beaucoup les cacahuètes !
Dans notre jardin,  le Geai des chênes apprécie beaucoup les cacahuètes !
Dans notre jardin,  le Geai des chênes apprécie beaucoup les cacahuètes !
Dans notre jardin,  le Geai des chênes apprécie beaucoup les cacahuètes !
Dans notre jardin,  le Geai des chênes apprécie beaucoup les cacahuètes !
Dans notre jardin,  le Geai des chênes apprécie beaucoup les cacahuètes !
Dans notre jardin,  le Geai des chênes apprécie beaucoup les cacahuètes !
Dans notre jardin,  le Geai des chênes apprécie beaucoup les cacahuètes !
Dans notre jardin,  le Geai des chênes apprécie beaucoup les cacahuètes !
Dans notre jardin,  le Geai des chênes apprécie beaucoup les cacahuètes !
Dans notre jardin,  le Geai des chênes apprécie beaucoup les cacahuètes !
Dans notre jardin,  le Geai des chênes apprécie beaucoup les cacahuètes !

Dans notre jardin, le Geai des chênes apprécie beaucoup les cacahuètes !

Comme la plupart des oiseaux, le geai manque d'odorat. En revanche, sa vue est excellente et son ouïe, très fine. C'est un oiseau « guetteur » dont le cri strident est réputé alerter ses congénères, mais aussi une partie des animaux sympatriques du sous-bois et de la forêt à l'approche d'un prédateur ou d'un intrus (humain éventuellement). On a par exemple montré que ce cri est bien perçu comme une alerte par l'écureuil roux.

Son chant est très varié, passant de cris rauques, brefs, forts et stridents aux gloussements, sifflements et parfois même à des espèces de miaulements, on dit que le geai cacarde, cajole, cageole, frigulote ou jase.

C'est en fait un bon imitateur et il a la capacité de reproduire des chants ou des cris d'autres oiseaux, comme la buse par exemple et même de mammifères comme le chat ou le cheval.

À la fin de l'hiver et au début du printemps, il émet une multitude de sons inspirés de ceux qu'il a entendus dans la forêt ou à sa lisière.
C'est au printemps, fin mars et début avril lors de la période de reproduction, que son chant devient le plus mélodieux et il l'utilise comme outil de communication avec ses congénères jusqu'à la formation des couples. Dès que la couvaison commence, le geai des chênes devient pratiquement silencieux, et n'émet plus qu'un léger gazouillement.

Il existe de nombreux verbes pour évoquer les cris du geai des chênes : cageoler, cajacter, cajoler, cocarder, friguloter, fringoter, cajoler !

 Le geai des chênes est le plus petit des corvidés d'Europe ; c'est aussi le plus coloré, le plus remuant et le plus criard.
 Le geai des chênes est le plus petit des corvidés d'Europe ; c'est aussi le plus coloré, le plus remuant et le plus criard.
 Le geai des chênes est le plus petit des corvidés d'Europe ; c'est aussi le plus coloré, le plus remuant et le plus criard.
 Le geai des chênes est le plus petit des corvidés d'Europe ; c'est aussi le plus coloré, le plus remuant et le plus criard.
 Le geai des chênes est le plus petit des corvidés d'Europe ; c'est aussi le plus coloré, le plus remuant et le plus criard.
 Le geai des chênes est le plus petit des corvidés d'Europe ; c'est aussi le plus coloré, le plus remuant et le plus criard.
 Le geai des chênes est le plus petit des corvidés d'Europe ; c'est aussi le plus coloré, le plus remuant et le plus criard.
 Le geai des chênes est le plus petit des corvidés d'Europe ; c'est aussi le plus coloré, le plus remuant et le plus criard.
 Le geai des chênes est le plus petit des corvidés d'Europe ; c'est aussi le plus coloré, le plus remuant et le plus criard.
 Le geai des chênes est le plus petit des corvidés d'Europe ; c'est aussi le plus coloré, le plus remuant et le plus criard.
 Le geai des chênes est le plus petit des corvidés d'Europe ; c'est aussi le plus coloré, le plus remuant et le plus criard.
 Le geai des chênes est le plus petit des corvidés d'Europe ; c'est aussi le plus coloré, le plus remuant et le plus criard.
 Le geai des chênes est le plus petit des corvidés d'Europe ; c'est aussi le plus coloré, le plus remuant et le plus criard.

Le geai des chênes est le plus petit des corvidés d'Europe ; c'est aussi le plus coloré, le plus remuant et le plus criard.

Le geai est le "guetteur" de la forêt, son cri strident alerte de toute présence d’intrus en forêt.
Le geai est le "guetteur" de la forêt, son cri strident alerte de toute présence d’intrus en forêt.
Le geai est le "guetteur" de la forêt, son cri strident alerte de toute présence d’intrus en forêt.
Le geai est le "guetteur" de la forêt, son cri strident alerte de toute présence d’intrus en forêt.
Le geai est le "guetteur" de la forêt, son cri strident alerte de toute présence d’intrus en forêt.
Le geai est le "guetteur" de la forêt, son cri strident alerte de toute présence d’intrus en forêt.

Le geai est le "guetteur" de la forêt, son cri strident alerte de toute présence d’intrus en forêt.

Le geai des chênes sait aussi parfaitement imiter le cri des différents oiseaux et même tromper un connaisseur expérimenté de la nature.
Le geai des chênes sait aussi parfaitement imiter le cri des différents oiseaux et même tromper un connaisseur expérimenté de la nature.
Le geai des chênes sait aussi parfaitement imiter le cri des différents oiseaux et même tromper un connaisseur expérimenté de la nature.
Le geai des chênes sait aussi parfaitement imiter le cri des différents oiseaux et même tromper un connaisseur expérimenté de la nature.
Le geai des chênes sait aussi parfaitement imiter le cri des différents oiseaux et même tromper un connaisseur expérimenté de la nature.
Le geai des chênes sait aussi parfaitement imiter le cri des différents oiseaux et même tromper un connaisseur expérimenté de la nature.
Le geai des chênes sait aussi parfaitement imiter le cri des différents oiseaux et même tromper un connaisseur expérimenté de la nature.
Le geai des chênes sait aussi parfaitement imiter le cri des différents oiseaux et même tromper un connaisseur expérimenté de la nature.
Le geai des chênes sait aussi parfaitement imiter le cri des différents oiseaux et même tromper un connaisseur expérimenté de la nature.

Le geai des chênes sait aussi parfaitement imiter le cri des différents oiseaux et même tromper un connaisseur expérimenté de la nature.

La période de reproduction du geai des chênes a lieu fin mars début avril. Le chant de l'oiseau se fait alors plus mélodieux, afin de séduire sa partenaire. Lorsque le couple est formé, il construit le nid, à base de petites branches, garnies de fines racines. Il le place généralement sur une branche d'arbre ou dans un buisson touffu, à une hauteur suffisante pour être à l'abri des prédateurs.

Entre avril et juillet, la femelle pond de 3 à 10 œufs verdâtres très finement tachés de gris-olive. (les geais ne semblent faire qu'une nichée par an). La couvaison dure entre 16 jours et 19 jours, période où mâle et femelle sont quasiment silencieux.

Les poussins sont nourris par les deux parents, mais au début, le mâle apporte aussi à la femelle de la nourriture qu'elle distribue.

Les prédateurs de nids sont nombreux, les plus efficaces étant les écureuils roux mais aussi les pies et les corneilles. L'espèce est très sensible au dérangements humains à proximité du nid, et les abandons sont fréquents.

Les jeunes ne sont réellement indépendants qu'entre trois et cinq semaines après leur envol.

Les Écureuil roux et gris, les Pics et les Corvidés comme la Pie sont connus pour piller les nids occupés de multiples espèces d’oiseaux forestiers. Ils sont friands des œufs et de oisillons.
Les Écureuil roux et gris, les Pics et les Corvidés comme la Pie sont connus pour piller les nids occupés de multiples espèces d’oiseaux forestiers. Ils sont friands des œufs et de oisillons.
Les Écureuil roux et gris, les Pics et les Corvidés comme la Pie sont connus pour piller les nids occupés de multiples espèces d’oiseaux forestiers. Ils sont friands des œufs et de oisillons.

Les Écureuil roux et gris, les Pics et les Corvidés comme la Pie sont connus pour piller les nids occupés de multiples espèces d’oiseaux forestiers. Ils sont friands des œufs et de oisillons.

 Le geai des chênes est sédentaire et assez solitaire sauf en période de reproduction.
 Le geai des chênes est sédentaire et assez solitaire sauf en période de reproduction.
 Le geai des chênes est sédentaire et assez solitaire sauf en période de reproduction.
 Le geai des chênes est sédentaire et assez solitaire sauf en période de reproduction.
 Le geai des chênes est sédentaire et assez solitaire sauf en période de reproduction.
 Le geai des chênes est sédentaire et assez solitaire sauf en période de reproduction.

Le geai des chênes est sédentaire et assez solitaire sauf en période de reproduction.

 Le Geai des chênes : Nuisible ou acteur de la biodiversité?
 Le Geai des chênes : Nuisible ou acteur de la biodiversité?
 Le Geai des chênes : Nuisible ou acteur de la biodiversité?
 Le Geai des chênes : Nuisible ou acteur de la biodiversité?
 Le Geai des chênes : Nuisible ou acteur de la biodiversité?
 Le Geai des chênes : Nuisible ou acteur de la biodiversité?

Le Geai des chênes : Nuisible ou acteur de la biodiversité?

Le Geai des chênes est protégé en Allemagne, en Belgique et en Suisse mais pas en France. Le développement de la culture du maïs apporte une source de nourriture non négligeable au geai et on peut lui attribuer certain dégâts dans les champs proches des forêts. Les dommages sont suffisamment limités et localisés pour interdire toute mesure contre le geai susceptible d'être classé « nuisible » dans plusieurs départements. (Alpes de Haute Provence, Var, Tarn et Garonne et Haute-Alpes.)

CLASSEMENT NUISIBLE DU GEAI DES CHENES – ANNEES 2015/2018

Le Geai des chênes n'est pas une espèce menacée. Il semblerait même que ses effectifs progressent grâce aux reboisements et il est moins victime de sa réputation de pilleur de nids.

La régulation des populations est favorisée par le comportement des couples qui défendent leur territoire contre leurs congénères.

L'espérance de vie du Geai des chênes peut atteindre 18 ans.

Le geai des chênes est protégé en Belgique et en Suisse, mais pas en France.
Le geai des chênes est protégé en Belgique et en Suisse, mais pas en France.
Le geai des chênes est protégé en Belgique et en Suisse, mais pas en France.
Le geai des chênes est protégé en Belgique et en Suisse, mais pas en France.
Le geai des chênes est protégé en Belgique et en Suisse, mais pas en France.
Le geai des chênes est protégé en Belgique et en Suisse, mais pas en France.
Le geai des chênes est protégé en Belgique et en Suisse, mais pas en France.
Le geai des chênes est protégé en Belgique et en Suisse, mais pas en France.
Le geai des chênes est protégé en Belgique et en Suisse, mais pas en France.
Le geai des chênes est protégé en Belgique et en Suisse, mais pas en France.
Le geai des chênes est protégé en Belgique et en Suisse, mais pas en France.
Le geai des chênes est protégé en Belgique et en Suisse, mais pas en France.
Le geai des chênes est protégé en Belgique et en Suisse, mais pas en France.
Le geai des chênes est protégé en Belgique et en Suisse, mais pas en France.

Le geai des chênes est protégé en Belgique et en Suisse, mais pas en France.

De par sa taille, le geai des chênes est une proie recherchée par divers rapaces tels que l'autour des palombes, expert lui aussi du vol manœuvrier dans la végétation. L'épervier le chasse aussi, surtout la femelle, qui capture des proies plus grosses que celles du mâle. Même s'il ne fréquente guère les espaces ouverts, le geai est, à l'occasion, surtout en hiver quand les arbres sont effeuillés, attaqué par le faucon pèlerin. De nuit, et surtout au nid, il peut être victime d'un rapace nocturne, chouette ou hibou. Parmi les mammifères, son principal ennemi est la martre, qui tue aussi bien les adultes que les jeunes et gobe les œufs. Ces derniers attirent également d'autres corvidés, comme les pies et les corneilles, et l'on peut même suspecter les geais de se piller mutuellement leurs nids.

Les principaux prédateurs naturels du geai sont les rapaces nocturnes (Hibou grand-duc, Chouette hulotte) la femelle Epervier, le Faucon pèlerin, le Chat sauvage et le Lynx.  La Martre, les Écureuils et les Corvidés s'attaquent aux oeufs et oisillons.
Les principaux prédateurs naturels du geai sont les rapaces nocturnes (Hibou grand-duc, Chouette hulotte) la femelle Epervier, le Faucon pèlerin, le Chat sauvage et le Lynx.  La Martre, les Écureuils et les Corvidés s'attaquent aux oeufs et oisillons.
Les principaux prédateurs naturels du geai sont les rapaces nocturnes (Hibou grand-duc, Chouette hulotte) la femelle Epervier, le Faucon pèlerin, le Chat sauvage et le Lynx.  La Martre, les Écureuils et les Corvidés s'attaquent aux oeufs et oisillons.
Les principaux prédateurs naturels du geai sont les rapaces nocturnes (Hibou grand-duc, Chouette hulotte) la femelle Epervier, le Faucon pèlerin, le Chat sauvage et le Lynx.  La Martre, les Écureuils et les Corvidés s'attaquent aux oeufs et oisillons.
Les principaux prédateurs naturels du geai sont les rapaces nocturnes (Hibou grand-duc, Chouette hulotte) la femelle Epervier, le Faucon pèlerin, le Chat sauvage et le Lynx.  La Martre, les Écureuils et les Corvidés s'attaquent aux oeufs et oisillons.
Les principaux prédateurs naturels du geai sont les rapaces nocturnes (Hibou grand-duc, Chouette hulotte) la femelle Epervier, le Faucon pèlerin, le Chat sauvage et le Lynx.  La Martre, les Écureuils et les Corvidés s'attaquent aux oeufs et oisillons.
Les principaux prédateurs naturels du geai sont les rapaces nocturnes (Hibou grand-duc, Chouette hulotte) la femelle Epervier, le Faucon pèlerin, le Chat sauvage et le Lynx.  La Martre, les Écureuils et les Corvidés s'attaquent aux oeufs et oisillons.

Les principaux prédateurs naturels du geai sont les rapaces nocturnes (Hibou grand-duc, Chouette hulotte) la femelle Epervier, le Faucon pèlerin, le Chat sauvage et le Lynx. La Martre, les Écureuils et les Corvidés s'attaquent aux oeufs et oisillons.

La combinaison de son plumage coloré, de ses mœurs prédatrices et de sa voix insolite a valu au geai de susciter maintes légendes et croyances populaires.


Dans certaines régions d'Allemagne et de France, on gardait autrefois les plumes de ses ailes pour confectionner des parures de sorcier. Sa chair était réputée soigner la phtisie (tuberculose).


Selon une légende allemande, lors du massacre des Saints-Innocents, l'oiseau aurait cherché à avertir le roi Hérode que l'Enfant Jésus était caché sous des gerbes de blé ; il serait, depuis, condamné à n'être plus jamais rassasié et à se constituer des réserves.
Dans la légende similaire qui circule en France, la punition infligée à l'oiseau fut la perte de son plumage magnifique, dont les quelques plumes bleues qui le parent aujourd'hui ne seraient que des vestiges.


Selon un conte finlandais, le geai fut invité à une noce. L'oiseau se mit en quête d'un bel habit. Or, à cette époque, le coucou était brillamment coloré. Le geai lui emprunta donc sa livrée en lui promettant de la lui rendre ; mais il ne tint pas parole et, depuis, le coucou porte un plumage terne.


Au XVIIe siècle, le geai est entré dans la littérature classique grâce au fabuliste Jean de La Fontaine qui, pour stigmatiser les plagiaires, les compare au geai. La Fontaine présente l'oiseau paré des plumes du paon, en usurpateur tirant parti d'une gloire qui ne lui appartient pas.

Le Geai des chênes est un superbe corvidé qui aiguise notre curiosté, d’autant plus qu’il est particulièrement farouche et très difficile à approcher.
Le Geai des chênes est un superbe corvidé qui aiguise notre curiosté, d’autant plus qu’il est particulièrement farouche et très difficile à approcher.
Le Geai des chênes est un superbe corvidé qui aiguise notre curiosté, d’autant plus qu’il est particulièrement farouche et très difficile à approcher.
Le Geai des chênes est un superbe corvidé qui aiguise notre curiosté, d’autant plus qu’il est particulièrement farouche et très difficile à approcher.
Le Geai des chênes est un superbe corvidé qui aiguise notre curiosté, d’autant plus qu’il est particulièrement farouche et très difficile à approcher.
Le Geai des chênes est un superbe corvidé qui aiguise notre curiosté, d’autant plus qu’il est particulièrement farouche et très difficile à approcher.
Le Geai des chênes est un superbe corvidé qui aiguise notre curiosté, d’autant plus qu’il est particulièrement farouche et très difficile à approcher.
Le Geai des chênes est un superbe corvidé qui aiguise notre curiosté, d’autant plus qu’il est particulièrement farouche et très difficile à approcher.
Le Geai des chênes est un superbe corvidé qui aiguise notre curiosté, d’autant plus qu’il est particulièrement farouche et très difficile à approcher.
Le Geai des chênes est un superbe corvidé qui aiguise notre curiosté, d’autant plus qu’il est particulièrement farouche et très difficile à approcher.
Le Geai des chênes est un superbe corvidé qui aiguise notre curiosté, d’autant plus qu’il est particulièrement farouche et très difficile à approcher.
Le Geai des chênes est un superbe corvidé qui aiguise notre curiosté, d’autant plus qu’il est particulièrement farouche et très difficile à approcher.
Le Geai des chênes est un superbe corvidé qui aiguise notre curiosté, d’autant plus qu’il est particulièrement farouche et très difficile à approcher.
Le Geai des chênes est un superbe corvidé qui aiguise notre curiosté, d’autant plus qu’il est particulièrement farouche et très difficile à approcher.
Le Geai des chênes est un superbe corvidé qui aiguise notre curiosté, d’autant plus qu’il est particulièrement farouche et très difficile à approcher.
Le Geai des chênes est un superbe corvidé qui aiguise notre curiosté, d’autant plus qu’il est particulièrement farouche et très difficile à approcher.
Le Geai des chênes est un superbe corvidé qui aiguise notre curiosté, d’autant plus qu’il est particulièrement farouche et très difficile à approcher.
Le Geai des chênes est un superbe corvidé qui aiguise notre curiosté, d’autant plus qu’il est particulièrement farouche et très difficile à approcher.

Le Geai des chênes est un superbe corvidé qui aiguise notre curiosté, d’autant plus qu’il est particulièrement farouche et très difficile à approcher.

Le Geai paré des plumes du Paon :
Un paon muait : un geai prit son plumage ;
Puis après se l'accommoda;
Puis parmi d'autres paons tout fier se panada,
Croyant être un beau personnage.
Quelqu'un le reconnut : il se vit bafoué,
Berné, sifflé, moqué, joué,
Et par messieurs les paons plumé d'étrange sorte ;
Même vers ses pareils s'étant réfugié,
Il fut par eux mis à la porte.
Il est assez de geais à deux pieds comme lui,
Qui se parent souvent des dépouilles d'autrui,
Et que l'on nomme plagiaires .
Je m'en tais, et ne veux leur causer nul ennui :
Ce ne sont pas là mes affaires.

Les Fables de Jean de La Fontaine Livre IV - Fable 9

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez peut être aussi :

 

Les oiseaux de notre jardin : le Troglodyte mignon

Repost 0
Published by Christophe - dans Nature
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Dehondt Christophe et de Desmets Corinne
  • : Essentiellement des articles et photos sur la famille et sur notre passion commune que sont la plongée et les voyages!!
  • Contact

Copyright : www.dehondt-desmets.fr ©
Sauf mention contraire, toutes les photos sont notre propriété, et nous vous demandons de ne pas les re-publier sous quelque forme que ce soit. Merci de nous contacter pour obtenir une autorisation écrite si vous voulez utiliser nos photos. (Art. L335-2 du Code de la Propriété intellectuelle)

 

Recherche

Articles Récents

  • Les animaux exotiques introduits en France et leur impact
    L'introduction d'espèces exotiques hors de leur aire de distribution est désormais considérée comme l'une des plus grandes menaces pour la santé écologique et économique de la planète. Certaines espèces introduites deviennent envahissantes et détruisent...
  • Les oiseaux exotiques introduits en France et leur impact
    Depuis la fin des années 1960, des espèces d’oiseaux allochtones (c’est-à-dire non originaires de notre pays) se sont implantées en France, comme dans d’autres pays d’Europe, toujours en grande partie à cause de l’homme. Le problème majeur avec les espèces...
  • Le Bouquetin des Alpes
    Le Bouquetin des Alpes (Capra ibex) est un mammifère de l'ordre des artiodactyles (ongulés herbivore possédant un nombre pair de doigts). Il appartient à la famille des Bovidés, comme la chèvre domestique et le chamois et à la sous-famille des Caprinés....
  • Glouton qui es tu ?
    Le glouton (Gulo gulo) également appelé carcajou au Canada, est l’un des carnivores le plus mal connu au monde. Au premier regard on pourrait le prendre pour un jeune ours. En fait le glouton appartient au même groupe zoologique que le furet, la belette...
  • Les Animaux susceptibles d'être classés nuisibles en France
    Renards, fouines, martres, belettes, putois, corbeaux freux, corneilles noires, geais, pies bavardes, pigeons ramiers… Ils sont 12 mammifères et 6 oiseaux à être classés «nuisibles» en France. Ce sordide classement autorise les chasseurs, éleveurs, agriculteurs,...
  • 8 ans ça se fête !
    Aujourd'hui le blog fête ses huit années d'existence et voici ce qu'on pouvait lire sur notre page " Statistiques " : Total depuis la création du blog : 164 204 visiteurs uniques / 258 697 pages vues Progression sur une année (du 09/04/2015 au 09/04/2016)...
  • Les oiseaux de notre jardin : Le geai des chênes
    Le geai des chênes (Garrulus glandarius) est un passereau de la famille des corvidés comme les corbeaux et les pies avec qui il partage leurs habitudes de prédateurs et d'intelligence. En hiver, c'est un hôte régulier de notre jardin et sa présence ne...
  • La Faune Marine des îles Galápagos
    Les îles Galápagos, patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1978, s’étendent sur plus de 45.000 km² dont 97% sont protégés par un parc national. Constitué de 48 îles et de rochers volcaniques, les Galápagos sont une destination de plongée de renommée internationale...
  • La Faune des îles Galápagos
    Les îles Galápagos abritent une faune et une flore venues du continent sud-américain il y a des millions d’années. On pense que les animaux et les plantes sont arrivés de trois façons : Par flottaison libre sur la mer ou sur un radeau naturel, par transport,...
  • Élan, qui es-tu ?
    L'Élan (Alces alces) est également appelé orignal en Amérique du Nord, ce nom dérivé d'orignac vient du basque pour désigner les cervidés. Les premiers colons français qui vivaient en Amérique du Nord l’auraient appris des Basques qui venaient régulièrement...

Catégories